Publications

Des drones militaires autonomes bientôt munis d’IA, réalité ou fiction ?

06 mai 2021

Dans l’art de la guerre, la relation entre la cuirasse et l’épée a toujours suscité le développement d’une course à l’avantage technologique.

De nos jours, la plupart des nations place l’avantage militaire entre les mains  de technologies de pointe (aussi bien au niveau tactique que stratégique). Par exemple, les drones, évolution naturelle des avions, ont joué un rôle décisif dans le récent conflit au Haut Karabagh. Demain, des drones équipés d’IA pourraient fournir des opportunités nouvelles de soutien des troupes militaires en leur fournissant des appuis ou des informations plus rapidement. Le déploiement d’IA dans des drones ouvre des opportunités non négligeables mais qui sont encore parfois perçus de manière très erronés dans l’opinion ou la classe politique.

Quels sont les différents types de drones militaires ?

De nos jours, il existe une pluralité de drones militaires, que nous pouvons classer en trois catégories en fonction de leurs altitudes et leur autonomie (les drones tactiques, les drones MALE et les drones HALE). Chaque classe de drone remplit  des missions différentes et se voit assigner des moyens différents.

Les drones tactiques :

Les drones tactiques sont des drones de petite taille facilement transportables par les soldats sur le terrain. Leur principale mission est d’assister directement les troupes sur le théâtre d’opération en leur fournissant des renseignements se trouvant dans une zone géographique restreinte. Cette technique de renseignement permet de réduire la mise en danger de la vie des soldats puisque ces derniers ne s’exposent pas directement, car ils télé-opèrent le drone en retrait. Par exemple, l’armée américaine utilise les drones tactiques lors des combats en zone urbaine. En effet, sur un terrain urbain, les soldats sont confrontés à ce qu’ils appellent “l'entonnoir fatal”. Il s’agit du risque entrepris lorsqu’ils doivent enfoncer la porte d’un bâtiment sans même savoir ce qu’il se trouvera derrière (homme armé ou piège). Pour pallier ce problème, la US Navy utilise depuis 2018 des drones tactiques de reconnaissance en milieu clos (Nova) [1]. De la même manière l’armée française s’est équipée de drones Parrot d’environ 500 grammes à des fins d’observation de jour comme de nuit  [2]. Depuis 2020, l’armée française utilise en BSS également des mini drones de reconnaissance Spy’Ranger (SMDR) permettant de transmettre en temps réel un flux vidéo HD dans un rayon de 30 kilomètres [3]. Les drones tactiques permettent alors de localiser un ennemi ou un piège lors de la progression d’une équipe sur le terrain mais peuvent aussi servir à ajuster un tir d’artillerie en fonction des renseignements collectés.

 

Les drones MALE : Medium Altitude Long Endurance

 

Les drones MALE (Medium Altitude Long Endurance) aussi appelés MALE RPAS (Remotely Piloted Aircraft System) sont des drones téléopérés volant à moyenne altitude (pour être invisibles à l'œil nu), et qui disposent d’une longue autonomie de vol. Ces derniers sont télé-opérés par des opérateurs et sont employés pour des missions de renseignement (détection d’ennemis) ou de frappe dans un rayon bien plus important que les drones tactiques.  Durant son intervention en Afghanistan, l’armée américaine a équipé ses drones MALE, tels que le drone Reapers de système d’armement. Il en va de même pour l’armée française qui s’est équipée de drones Patroller. Ainsi les drones pouvaient eux-même délivrer des effets en tirant des missiles.

Les drones HALE: Haute Altitude Longue Endurance

Les drones HALE (Haute Altitude Longue Endurance) constituent la troisième catégorie de drones militaires. Ces derniers ont la taille d’un petit avion et volent à la frontière de stratosphère (18.000 mètres d’altitude) sur une durée de vol d’environ 36 heures [3]. Les drones HALE ne sont pas équipés de missiles car leur altitude rendrait le tir trop complexe. Ainsi le renseignement constitue leur principale mission. Les drones HALE offrent les mêmes fonctions qu’un satellite en termes de capacité d’analyse d’image mais contrairement au satellite, le drone HALE peut rester présent au-dessus d’une zone déterminée afin d’obtenir une surveillance permanente. Il peut également être repositionné rapidement si nécessaire.

Les drones militaires : autonomes ou automatisés ?

Aujourd’hui, le pilotage de ces drones de classe MALE et HALE  n’ont rien d’autonome et ne sont encore automatisés que sur des fonctions limitées. Ces derniers sont pleinement téléopérés par des agents se trouvant au sol. La seule fonction automatisée qui serait potentiellement à bord de ce type de drone est celle du pilotage automatique. Cette fonction, somme toute traditionnelle, est comparable à celle déjà utilisée dans des avions de ligne. Parler de drone “autonome” sur un tel usage reviendrait à parler  d’avion de ligne autonome, ce qui n’est absolument ni le cas dans les faits, ni dans la perception que le grand public en a.  

On lit souvent que les drones militaires munis de systèmes d’intelligence artificielle  fonctionnent en autonomie. En réalité, il faudrait plutôt parler d’automatisation, même si comme nous avons pu le voir l'automatisation des drones reste à ce jour très faible. En effet, comme nous avions pu l’évoquer au sein de notre  article ‘L’autonomie des IA: peut-on vraiment en parler ?”, la distinction sémantique est primordiale. Le fonctionnement dit “autonome” d’un drone signifierait que le système soit capable de modifier son cadre de fonctionnement ou ses objectifs (tous deux fixés initialement défini par son algorithme et son concepteur) sans intervention intervention humaine. Or cela reste, aujourd’hui, hors de portée des systèmes d’intelligence artificielle actuels.

A quoi sert l’intelligence artificielle dans les drones militaires ?

Les fonctions dites intelligentes que l’on associe aux drones sont le plus souvent situées au sol. Le drone envoie des flux de données (généralement des  images) qui seront traités par des algorithmes et des opérateurs humains au sol. Les informations seront ensuite vérifiées, croisées et analysées par des décideurs humains afin d’établir l’opportunité d’une action concrète sur le terrain. Ainsi, l’information transite du drone au sein de la chaîne de commandement pour déterminer une action à prendre. Cette action ensuite redescend vers un opérateur et peut-être ce même drone si celui-ci dispose des effecteurs nécessaires pour l’action. Un ordre sera envoyé (ou non) par le décideur qui donnera son feu vert à l’opérateur qui déclenche l’action au travers du drone. Encore une fois, l'homme garde pleinement le contrôle sur les actions et mouvements du drone même s’il délègue une partie de la réalisation des actions à des systèmes automatisés.

 

Pour parler de drones automatisés, il serait possible à l’avenir d’équiper les drones d'un système d’IA pour déléguer certaines des tâches telles que l’automatisation de la  navigation ou le reconnaissance de certaines  cibles. L’opérateur serait alors en capacité d’envoyer des ordres simples au drone et l’IA automatiserait les commandes de vol afin d’effectuer la mission demandée. Mais il est important de souligner qu’aujourd’hui aucun pilote de drone (opérateur) n’a la liberté d’entreprendre une décision de mise à feu sans l’autorisation préalable obtenue à travers la chaîne de commandement. L’opérateur a exactement le même rôle qu’un pilote de chasse à bord de son avion hormis le fait qu’il soit à distance. Les drones permettent simplement de reculer le pilote du système, même si l'opérateur reste toujours en charge des manœuvres du drone.

Aujourd’hui, le concept d’autonomie au sein des drones militaires est inexistant et n’est pas prêt de voir le jour. Les ingénieurs d’armement ne cherchent pas à rendre leurs drones autonomes car cela irait à l’encontre même de la structuration des chaîne de commandement qui assure un usage proportionné et légitime de la force. Un système autonome pourrait s’avérer contre-productif et poser plus de risques que d'intérêts. En effet,  cela causerait une perte de maîtrise dans l’usage de la force pouvant entacher la légitimité des forces armées.

Pour en savoir plus sur l’intelligence artificielle, retrouvez tous nos articles sur le site de Numalis en cliquant ici !

 

Sources:

[1] https://www.wired.com/story/shield-ai-quadcopter-military-drone/

[2]https://www.zdnet.fr/actualites/drone-parrot-choisi-pour-equiper-l-armee-francaise-39916017.htm

[3]  https://www.futura-sciences.com/tech/dossiers/drone-tout-savoir-drones-2562/page/3/

Sources images:

Image 1 & 3: “Sergeant Ross Tilly, MoD/ Crown copyright"

Image 2 : Corporal Steve Follows RAF

Image 3: “Clay Banks” 

 

 

 

 

Numalis

We are a French innovative software editor company providing tools and services to make your neural networks reliable and explainable.

Contact us

Follow us